Pages

mardi 15 janvier 2013

PÊLE-MÊLE

En résumé
Par Laurent Gané
~
Le monde pourrait être défini ainsi : ce qui n’existe pas, ce qui n’est pas, mais arrange les gens, est vu, et ce qui est et existe, mais ne les arrange pas, n’est pas vu, et beaucoup de choses ne les arrangent pas. Ce qu’ils ont sous les yeux mais ne va pas dans le sens qui les arrange les gens l’occulte, et ce qui n’existe que dans leur imagination mais les arrange, ils pensent l’avoir sous les yeux. Et plus ce qu’ils ont sous les yeux est visible mais dérangeant, moins ils le voient, plus ils le nient. L’évidence est leur ennemi juré.
Le faux, l’illusion, l’hypocrisie : du vide auquel on dresse des statues, que l’on installe sur des trônes dorés, et que l’on défend bec et ongles.
Gare à celui voulant remplacer ça par le vrai. Gare à celui voyant ce qui est sans fioritures, qui ose voir et dire l’évidence. Il sera traité par les aveugles vaniteux et les illusionnistes comme le dernier des derniers. Le monde est idiot, c’est ainsi. Il suit presque toujours la direction du vent, de la fatuité, et rarement, ou par hasard, celle de la raison.
Que les innombrables fous, niais, et diamants en verre trouvent ça ridicule, c’est dans l’ordre des choses.

Aucun commentaire: