Pages

jeudi 14 mars 2013

Premier ministre échange amendes et taxes contre métros


Le 6 mars, le Premier ministre annonçait le lancement du Grand Paris Express. Un projet visant à relier les banlieues entre elles par un réseau de 200 kilomètres de lignes de métros automatiques, et 72 stations. L'inconvénient, c'est que nous sommes en période de crise, et qu'il faut trouver 27 milliards d'euros pour réaliser les travaux, plus 7 milliards pour la réfection et la prolongation du réseau actuel.

L'une des solutions prévues, pour réunir ces sommes, serait de faire passer de 17 à 35 euros l'amende pour défaut de paiement du stationnement (et pas pour stationnement gênant !).
On pourrait presque penser qu'il s'agit d'une blague de bistrot, mais non, c'est bien le Premier ministre qui a eu cette idée.

Le Grand Paris Express doit, comme il est dit, désenclaver la banlieue parisienne et provoquer un salutaire sursaut économique. Mais comment peut-on prétendre vouloir aider les Français rencontrant de plus en plus de problèmes financiers, en proposant de leur en causer davantage ?

Qu'on nous explique la chose suivante : Monsieur Ayrault est bien socialiste ? Et on nous le répète assez : à gauche, on est porté par le souci d'aider les moins favorisés. Comment fait-on, dans ce cas, pour envisager cette solution d'un financement par des amendes, solution révélant dans quel mépris on tient ceux qu'on dit vouloir défendre ?

De plus, cela montre que le gouvernement n'a pas fait ce qu'il fallait pour avoir les moyens de ses ambitions. En d'autres termes, est-il logique de vouloir construire des lignes de métros pour relancer l'économie ? Cela ne révèle-t-il pas qu'on n'a pas su, dans un premier temps, relancer l'économie ? Relance qui aurait permis à l'État de remplir ses caisses afin de construire les fameuses lignes de métros.

Votre usine a été délocalisée ? Vous nous demandez ce que nous allons faire pour empêcher que d'autres entreprises partent à l'étranger ? C'est très simple, nous allons construire des lignes de métros, que nous paierons en partie en vous infligeant des amendes très élevées, et en augmentant généreusement les taxes (1). Nous sommes socialistes, nous sommes là pour vous aider !

Tout cela ne va-t-il pas davantage gripper ce qu'on appelle si vulgairement la consommation ? Allons-nous tous devoir nous réfugier à Néchin, ou demander à être reçu à l'ambassade de Russie ?

Le Grand Paris Express s'inscrit dans le plan du futur Grand Paris, c'est-à-dire dans la réunion de Paris et de sa banlieue avec pour objectif de créer une "super" métropole. En outre, chaque année, 70 000 logements vont être construits, dans le plus pur style déculturé mondialiste. Ne vous attendez pas à de l'haussmannien.

Nous sommes formels, le volcan Ayrault va déverser des coulées d'amendes et d'impôts sur le territoire français, ainsi que des coulées de béton et de verre à travers l'Île-de-France.
Ne vous inquiétez pas, ils sont là pour nous aider.


Laurent Gané


(1) Doublement des amendes de stationnement pour financer le Grand Paris

Aucun commentaire: