Pages

lundi 8 septembre 2014

L'architecture moderne

Photographies extraites de Un siècle passe, de Alain Blondel
et Laurent Sully Jaulmes

L’architecture moderne* a rompu avec celle du passé. Elle n’est pas son prolongement, mais une manière de construire totalement différente.
C’est précisément ce qu’aiment ses défenseurs : qu’elle témoigne d’une rupture avec le passé, qu’elle indique l’avènement d’une ère nouvelle, car pour eux, moderne, nouveau, veulent dirent mieux qu’avant, plus évolué, ceci faisant d’eux, qui aiment cette modernité et cette nouveauté, des individus supérieurs à ceux du passé.
Ce qui permet encore davantage de se démarquer, de paraître même supérieur à ceux pourtant déjà attachés à la modernité et à la nouveauté, c’est d’être avant-gardiste, c’est-à-dire de mettre au pinacle ce qui est considéré comme étant en avance sur la nouveauté elle-même. Du nouveau plus nouveau que le nouveau du jour, car du nouveau à venir, du nouveau futur, conférant à ceux le défendant les qualités de visionnaires, de clairvoyants, de quasi médiums sachant voir l’avenir.
Il s’agit pour ces gens de tout voir à l’aune de la modernité, l’architecture comme les êtres humains, car être jeune par exemple, c’est être nouveau, plus moderne, en avance, plus évolué, plus intelligent, plus intéressant ; en un mot : supérieur.
Autrefois, on considérait pouvoir s’améliorer en mûrissant, et donc en vieillissant. De nos jours, on peut être ignare, idiot, creux, caractériel à défaut d’avoir du caractère, "original" à défaut d’avoir de la personnalité, sans que notre crédibilité soit remise en question, car il suffit d’être nouveau, d’être jeune, pour se retrouver investi de toutes les qualités, pour être d’emblée vu comme étant en avance sur les personnes ayant pourtant de l’avance sur nous, à moins que les dites personnes n’aient pas les qualités personnelles, et notamment intellectuelles, permettant de faire de leur avance un avantage.
Cela reviendrait à considérer qu’un étudiant en première année de médecine en saurait plus sur la médecine que ceux parvenus à la fin de leurs études.
Les plus vieux, s’ils ne veulent pas être jugés comme étant en retard, version polie d’attardés, doivent absolument rester jeunes d’esprit comme on dit, c’est-à-dire tenter d’avancer en reculant.
Les gens qui aiment l’architecture moderne se disent qu’ils avancent eux, qu’ils évoluent vers quelque chose de mieux, pendant que ceux préférant celle du passé se disent qu’avec l’architecture moderne il n’y a pas progrès mais à l’évidence, au contraire, déclin et décadence.
Les premiers, de leur point de vue, pensent que les seconds n’aiment pas l’architecture moderne, et la modernité en général, parce qu’ils sont passéistes, bornés, opposés par étroitesse d’esprit au progrès. Ils ne comprennent pas que les seconds – les plus fins d’entre eux en tout cas – du fait de leur exigence de qualité, ne peuvent qu’aimer le progrès justement, mais le vrai, pas celui qui recule en prétendant avancer.
Car les premiers, effectivement, avancent en régressant, et les seconds s’en rendent compte, ce qui provoque leur opposition, car c’est précisément ce qu’ils ne veulent pas : régresser.
On peut être tourné vers le passé justement parce qu’on ne veut pas reculer, après avoir estimé que ce passé, sur certains plans, était d’une qualité supérieure au présent dégénérant, car c’est un authentique progrès que l’on souhaite, et pas un progrès en toc.
En vérité, paradoxalement, ce sont les défenseurs de cette modernité inhumaine qui sont opposés au progrès, si l’on veut vraiment faire dire à ce terme : aller vers mieux.


Laurent Gané



* Je regroupe volontairement sous le terme moderne l’architecture moderne et l’architecture contemporaine – que certains considèrent être deux courants différents – car elles appartiennent en réalité au même mouvement, à la même idéologie de base, et aboutissent à la même laideur architecturale.

Aucun commentaire: